Pour un bref instant, accordons-nous une petite pause dans cette réalité de “gratification immédiate” et de “faible capacité d’attention” à laquelle nous sommes enchaînés depuis quelque temps dans notre bien-aimé monde occidental. Est-il possible de modifier le temps, les mondes et l’univers?

Palimpsest
Est-il possible de modifier le temps, des mondes et l’univers?

Permettons-nous, ne serait-ce qu’un instant fantasque, d’adopter une observation différente, non seulement de notre monde terrestre, mais aussi de notre système solaire, des galaxies et des univers qui contiennent notre minuscule grain de poussière que nous appelons la Terre. Pour un capricieux moment, autorisons-nous à errer dans des domaines de pensée non linéaires et essayons d’imaginer que tous les grands événements (naturels et culturels) qui ont façonné et transformé la Terre et l’humanité (du moins dans cette incarnation actuelle) ne sont probablement pas tous le résultat de forces naturelles et/ou de l’effort et de l’ingéniosité humaine tels que nous avons été enseignés ou incités à le croire.

J’ai récemment lu un court roman intéressant et captivant imaginé par Charles Stross, intitulé ‘Palimpsest’, qui pose une réalité selon laquelle une organisation connue sous le nom de ‘Stasis’ serait responsable de transformer, manipuler et guider notre planète depuis pratiquement l’aube du temps (c’est-à-dire depuis des millions, voire des milliards d’années !). Les fantastiques efforts de ‘Stasis’ ne se limitent pas uniquement à notre propre planète, mais s’étendent également à la modification et au contrôle de notre soleil, des planètes voisines et d’autres corps célestes dans notre voisinage cosmique. ‘Stasis’, une culture technologique avancée et extrêmement bien organisée, est engagée dans la quête unique d’assurer l’auto-préservation des ‘humains’ ou de ‘l’humanité’ à perpétuité. Pour atteindre leurs objectifs, ‘Stasis’ est chargé de la tâche complexe de repeupler et de ranimer notre vieille planète chère de temps en temps, car toutes les itérations de notre planète et de l’humanité ne survivent pas aux catastrophes naturelles et anthropiques. ‘Stasis’ semble ne pas aimer les sociétés qui évoluent vers des civilisations industrialisées aveugles consommatrices d’énergie. Ainsi, lorsque les choses ne semblent pas très bonnes d’en haut, la fiche est tirée, et un bouleversement “naturel” soi-disant ou un désastre apocalyptique créé par la civilisation est fabriqué par ‘Stasis’ pour nettoyer commodément la scène. Ceci est réalisé et généré par des armées d’agents travaillant au nom de l’organisation ‘Stasis’, aidés par l’utilisation astucieuse de merveilles technologiques telles que les trous de ver, les voyages dans le temps et les dimensions, et surtout, la collecte et le stockage de données historiques relatives à chaque être humain et à chaque événement ayant jamais existé depuis le temps zéro ; une magie que nous attribuerions au pouvoir et au domaine des dieux.

Quel rapport y a-t-il entre le concept ou le terme de palimpseste et tout cela, demanderez-vous peut-être ? Tout d’abord, qu’est-ce qu’un palimpseste ? Selon notre ressource la plus fiable, WikiPedia : « …c’est une page de manuscrit d’un rouleau ou d’un livre dont le texte a été gratté et qui peut être réutilisé. Le mot “palimpseste” vient du latin par le grec παλιν + ψαω = (palin “encore” + psao “je gratte”), et signifiait “gratté (nettoyé et réutilisé) à nouveau”. Les Romains écrivaient sur des tablettes enduites de cire qui pouvaient être lissées et réutilisées, et une utilisation passagère du terme “palimpseste” par Cicéron semble se référer à cette pratique. » D’accord, il y a plus que cela, mais en gros, on peut également interpréter un palimpseste d’une autre manière, comme une rue de la ville qui était autrefois pavée de pavés puis recouverte et repavée quelques années plus tard d’asphalte. Avec le temps, par la décomposition et l’érosion, la surface d’asphalte s’effrite et se casse, révélant ainsi des vestiges de la surface initialement pavée de pavés. Il y a quelque chose de poétique dans ce processus, comme si des couches de temps passé étaient révélées et se croisaient avec des couches de temps présent. Cela me rappelle un dessin ou une peinture cubiste où différents plans ou perspectives s’entrecroisent et occupent d’une manière ou d’une autre le même espace pictural. Le processus dans le roman de Stross, ‘Palimpsest’, est quelque chose de tout à fait différent cependant. ‘Stasis’ a toutefois rencontré des problèmes avec des choses comme les voyages dans le temps et la collecte de données historiques. Il semblerait qu’à chaque fois qu’un agent quitte ou émerge d’un trou de ver, des données “ur-historiques” (c’est-à-dire fausses ou erronées) sont enregistrées et collectées en conséquence. En d’autres termes, les agents doivent constamment aller et venir à travers le temps et les dimensions pour “réparer” les anomalies qui affecteraient sérieusement les vies et les chemins de leurs propres futurs et d’autres personnes. Une tâche très difficile, je dois dire ! Cela génère toutes sortes de protocoles étranges bien au-delà de notre compréhension éthique, qui doivent être observés par les agents, tels que devoir éliminer (froidement) une version alternative de soi-même que l’on pourrait rencontrer quelques secondes après être sorti d’un trou de ver ! Les agents sont contraints de “surveiller” même leurs futurs eux-mêmes afin d’assurer leur intégrité et celle de la continuité espace-temps selon ‘Stasis’. Ne pas le faire créerait certainement une situation où un palimpseste d’un agent ou d’un événement apparaîtrait à un moment donné dans une ligne temporelle ou une autre. En d’autres termes, des traces d’un ancien soi ou d’un événement pourraient s’infiltrer dans une réalité ou une autre et causer confusion et chaos. Cela pose donc des problèmes pour ‘Stasis’. Comme mentionné ci-dessus, lorsque les choses sont compromises et ne peuvent pas être totalement contrôlées selon les plans, le bouton de réinitialisation est enclenché, mais pas avant que des exemples du meilleur de l’humanité (principalement des tribus plutôt que des citadins) ne soient en sécurité transportés et préservés pour des projets futurs de réensemencement sur une autre incarnation de notre chère vieille terre, parfois des milliards d’années plus tard. Bien sûr, je ne veux pas vous gâcher toute l’histoire, car il y a plus à cette pièce de génie littéraire que je ne peux rendre justice ici dans cette modeste publication (vous devrez découvrir le roman par vous-mêmes). L’idée de semer l’humanité dans une nouvelle époque sur une terre future avec des êtres humains venant d’une réalité terrestre passée lointaine est perturbante, et c’est aussi un exemple de palimpseste. Une forme étrange de saut d’époque humaine. Je me demande, cela nous est-il arrivé ? Est-ce que cela nous arrive maintenant ? Ridicule, pensez-vous peut-être, mais la prémisse est certainement très intéressante, pour le moins que l’on puisse dire. Jetez un coup d’œil à la théorie du Dr Michio Kaku concernant les civilisations de zéro à trois : zéro représente une civilisation ayant la capacité de modifier et de manipuler son environnement local, négativement ou positivement, un peu comme nous d’une certaine manière (bien que “moins zéro” puisse être une description plus précise de notre civilisation humaine actuelle), et une civilisation de niveau trois qui peut présenter des capacités telles que le déplacement, la transformation et la création de mondes entiers, de systèmes solaires et peut-être même d’univers entiers ! Ainsi, d’un point de vue théorique, cette réalité incroyable pourrait être une possibilité, et apparemment elle pourrait même être une probabilité dans notre(s) univers. Mais, je dois faire une courte pause avant de m’emballer trop.

C’est possible !

Michio Kaku
C’est possible!

Alors, qu’est-ce que je veux dire par tout cela, demandez-vous peut-être encore ? À la lumière des événements fantastiques et incroyables qui se sont déroulés de manière frénétique jusqu’à présent, et surtout depuis (comme point de départ contemporain) l’événement méga impossible du 11 septembre, je suis rappelé des activités et des agendas de manipulation du monde gérés par ‘Stasis’ et leurs agents dans le roman de Charles Stross. Dire que depuis les événements du 11 septembre, le monde n’a jamais été le même est un euphémisme de vastes proportions. Je vais prendre un risque et proposer que quelque chose d’étrange et dérangeant s’est produit depuis la catastrophe du 11 septembre en ce qui concerne notre propre continuum espace-temps : c’est comme si la réalité elle-même avait basculé et que le cours de l’histoire avait été poussé ou artificiellement altéré dans une trajectoire nouvelle et différente. Témoin de la qualité étrange d’irréalité et de surréalisme en regardant et en re-regardant les clips vidéo du désastre des tours jumelles. Peut-être que le phénomène peut être attribué à une forme de déni individuel et collectif. Mais j’avance l’idée que la scène de l’effondrement des bâtiments elle-même semble ‘irréelle’ ou déplacée, comme si ce résultat horrible n’était pas dans les cartes, pour ainsi dire. En d’autres termes, je propose que nous (cette itération actuelle de l’humanité) nous trouvions maintenant dans une réalité dimensionnelle tout à fait différente. Notre futur et notre histoire ont été cooptés, pour ainsi dire. Mais dans quel but, quelles fins, et par quoi ou qui : qui ou quoi fait le mélange et l’édition ? Est-il possible qu’une civilisation de niveau trois selon Kaku soit responsable de la pléthore de catastrophes naturelles et anthropiques que nous avons été habitués à observer maintenant en nombre croissant ? À tel point, je pourrais ajouter, que des gens anesthésiés vivent leur vie comme si tout était normal : “passez le pablum s’il vous plaît”. Aussi préposterous que puisse paraître cette théorie, examinez de plus près la série d’événements géopolitiques (par exemple, les guerres en Irak et en Afghanistan, les tsunamis, la fusion de Fukushima, etc.)

Fukushima mon amour

et les orientations politiques bizarres (par exemple, la sécurité intérieure, l’érosion des libertés civiles, etc.) que nos gouvernements ont adoptées surtout depuis le 11 septembre, qui ont pris une qualité scriptée plutôt unidimensionnelle – comme je le dis – ‘Marvel comicstrip-like’. Serait-il possible que des agents d’une organisation ‘intra ou extra planétaire’ avancée exécutent furtivement des missions visant à modifier et à remodeler notre planète, l’humanité et le cours de l’histoire elle-même ? Créant ainsi de nouveaux et inédits palimpsestes historiques et géologiques ? Certainement matière à réflexion et, par Dickens, pourquoi pas ! Rien ne me surprend plus de toute façon. Une fois que l’humanité décidera de sortir sa tête du trou d’autruche et cessera de consommer le pablum assommant de la pensée mainstream, peut-être que nous verrons collectivement les choses telles qu’elles sont. Si vous pensez que ce type de spéculation est ‘flax’ (c’est-à-dire foutrement fou), alors veuillez vous en aller.

 

Fukushima mon amour

PD Cafargo, Août, 2011.

Lien vers: Charles Stross’ diary (journal)

Critique litéraire du livre: Rumblings From the Speaker

Visits: 0

Partagez - Share
Close Menu