Pierre Duranleau: L’Apparition Grishenko – c1999

L’une des trois panneaux allégoriques de la série, cette peinture combine des thèmes mythologiques pseudo-religieux et post-industriels. Le titre lui-même suggère des connotations religieuses rappelant des sujets tirés de l’art occidental primitif. Par exemple, comme représenté dans les peintures religieuses de Rembrandt telles que « Le Festin de Belschatsar », où une apparition fantomatique/sacrée (texte profane projeté sur un mur) a lieu dans la scène représentée.

Rembrandt: 'The Feast of Belshazzar'
Rembrandt: Le Festin de Belschatsar

L’élément qui m’intéresse dans ces types de représentations est l’effet de lueur de qualité maniériste qui illumine et baigne la scène, ajoutant en quelque sorte une dimension mystique au traitement. Je cherchais également ce type d’« effet spécial » dans la peinture Grishenko, comme illustré dans le rendu des faisceaux de lumière pénétrant la figure depuis le côté droit du plan de l’image. Bien que, dans ce cas, la source de lumière ne soit pas nécessairement « mystique », mais plutôt une source émanant d’un cœur de réacteur nucléaire endommagé. Ce qui se déroule est un acte de contamination radioactive, loin de tout profane ou mystique. Invariablement, c’est un acte de destruction spirituelle et physique. Cependant, de cette scène apocalyptique surgit Grishenko des cendres contaminées de graphite, une figure anthropomorphe symbolisant l’ère de l’énergie nucléaire et de l’alchimie scientifique.

The Grishenko Apparition
Pierre Duranleau: ‘L’Apparition Grishenko’, c1999

Grishenko est représenté dans un acte obsédant invoquant les esprits du monde atomique sous la forme d’une pompe de réacteur nucléaire iconifiée présente dans le coin inférieur droit de la peinture (une icône récurrente qui apparaît sous de nombreuses formes différentes dans mon travail). L’intention derrière la création de la peinture a été inspirée par la mort du pilote d’hélicoptère soviétique et héros, Anatoly Grishchenko. Grishchenko a joué un rôle crucial dans les efforts mortels pour sceller le réacteur endommagé n°4 à l’installation nucléaire de Pripyat, à jamais connue sous le nom de catastrophe de Tchernobyl. Exposé et entouré pendant des jours par des nuages de vapeurs radioactives pendant l’opération de nettoyage, Anatoly Grishchenko succomba finalement d’un cancer en 1990. 

 

 

 

Visits: 0

Partagez - Share
Close Menu